GAZETTE

 GAZETTE

Tea and Break’n face

Tea and Break’n face

stage de défense de rue

TEA & BREAK’n FACE
Deux instructeurs de prestige pour ce stage du 2 et 3 novembre 2019 à Quetigny (21800).

Karin Verelst, femme d’expérience dans le domaine du corps à corps et de la lutte, viendra nous faire partager et vivre son expérience d’instruction spécifique pour les femmes.

Un atelier destiné plus particulièrement aux instructeurs afin de connaitre et d’appréhender le corps féminin dans nos pratiques et de pouvoir ainsi offrir une instruction des plus pertinente à nos membres feminines.

James Marwood, une référence dans le domaine de la protection personnelle et de la défense urbaine. James a passé plusieurs années de sa vie, à travers des expériences professionnelles, à côtoyer les risques et les dangers de la vie nocturne et urbaine.
Il est aussi instructeur en Bartitsu, art britannique de défense.

Dès le plus jeune âge…

à coup de porte-plume

« A la sortie des classes, à onze heures, plusieurs gamins, se prirent de querelle. Une bataille s’engagea.

Un enfant de sept ans,terrassé par un des ses camarades, âgé de dix ans et plus fort que lui, pris son porte-plume et l’en frappa au visage. Le pauvre écolier eut la paupière traversée et l’œil crevé. »

LORIENT

Un article singulier qui nous montre que dès le plus jeune âge, certains enfants étaient familiarisés avec la violence et la manière de s’en sortir.

De nos jours, la violence est toujours présente dans les cours d’écoles et il est souhaitable de trouver une autre solution qu’une réponse agressive.

Stage d’Antrim bata

STAGE D’ANTRIM BATA

Après une découverte de cet art de combat en mai 2018 à Antony (92), dans le cadre d’un stage organisé par Baton Irlandais Paris et en présence de Maxime Chouinard (Ardmeister) , nous avons voulu retenter l’expérience en invitant les instructeurs parisiens à nous donner un stage dans notre ville.

20 personnes de diverses origines géographiques et martiales ont pu découvrir l’attrait pour cette pratique.Nos stagiaires ont pu apprendre le maniement du shillelagh, gourdin en bois typique, et pratiquer l’art encore marginal du Bataireacht (combat au bâton) dans le plus pur style Antrim (du comté irlandais éponyme). Entre escrime au bâton court, lutte et corps à corps, chacun de nos stagiaires a pu s’y retrouver et enrichir ses connaissances martiales.

Comme le veut la tradition irlandaise, un affrontement de masse (faction fight) a eu lieu pour clôturer le stage, permettant de mettre la théorie en pratique.

Deux clans s’affrontent pour une raison souvent désuète (un âne vendu trop vieux ou une œillade trop poussée à la cousine). On distingue les « batonneurs », entrant dans la mêlée bâton au poing, et les « caillasseurs », qui, eux, se trouvent en périphérie de la zone d’affrontement et lancent des pavés dans la mêlée. Il va sans dire que nos simulateurs de bâtons et de pavés étaient bien sûr sécurisés.

Défense de rue

UNE JEUNE FILLE QUI SE DEFEND

« Mlle Bompaire, une jeune artiste dramatique, regagnait la nuit son domicile, quand deux hommes vinrent l’interpeller. Mlle Bompaire ne répondit rien, mais pressa le pas.
Tout à coup, elle se sentit saisie par la taille. Elle prit une de ses épingles à chapeau et en frappa violemment un de ses agresseurs. Celui-ci a eu l’oeil droit crevé. Mais la vertu de la jeune artiste est sauve. »

Cette dame a évidement suivi les bons conseils de Georges Dubois, ne cédant pas à la panique, gardant son sang froid et agissant avec ses affaires personnelles.

Mais nous ne sommes pas, ici, dans une réponse proportionnée donc répréhensible par la loi!

Mon sang pour les autres

ACTION AVEC LE ROTARY CLUB DE DIJON

Pour la 3e année consécutive, nous revêtons nos vestes, chaussons nos gants et agitons cannes et parapluies afin de joindre l’utile à l’agréable avec un engagement différent de celui du combat pur.

Contactés, dès les premiers temps de l’association, par le Rotary Dijon, nous les avons rejoints dans une démarche caritative sur leur événement « Mon Sang pour les Autres ».

En partenariat avec l’EFS, le Rotary Dijon invitait, Place Darcy, les passants à s’attarder sur l’espace de démonstration et, s’ils le désiraient, prendre quelques instants pour donner leur sang en un geste gratuit et anonyme.

La collecte 2018 fut un succès avec plus de 450 dons ce jour-là. Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous pour la prochaine collecte en date du 5 octobre 2019

Démonstration canne et boxe

quand la rue s’invite à la salle

Suite à nos échanges cordiaux avec la section Boxe Française de l’ASQ (Association Sportive Quétigny), nous avons été conviés à présenter notre association et nos pratiques en ouverture des sélections pour le Championnat de France Boxe-savate.
Ce fut un temps de partage avec le public et les athlètes sur l’origine historique de leur pratique, comment d’un divertissement peu codifié ou d’une pratique de rue, la boxe française est devenue ce qu’elle est aujourd’hui.

Nous avons, bien sûr, évoqué la canne de combat ou de rue qui, à l’époque était grandement indissociable de la savate. Il est toujours intéressant de comparer les deux pratiques, celle faite pour la salle (avec partenaires, règles et protections) et celle faite pour la rue, où seul votre talent vous sortira d’affaire.

Entraînements

Les Jeudis
20h45 – 22h30

 3 Allée des Jardins 21800 Quetigny

Les sources